progression

Habitudes! Golfiquement.com

Vous et vos habitudes

Vous et vos habitudes 2987 2384 Golfiquement
Habitudes! Golfiquement.com

« L’excellence est un art que l’on atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action, mais une habitude » Aristote.

Ce sont nos routines, nos actions répétées, nos habitudes qui conditionnent nos résultats. L’idée ici est de prendre conscience et d’identifier ces rituels qui sont souvent, voire tout le temps, en mode automatique. Pour améliorer votre jeu, il suffit parfois de changer quelques comportements pour gagner de précieux points.

« La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent ». Albert Einstein

L’objectif n’est pas forcément de faire un changement radical qui risquerait de vous désorienter et de vous décourager en vous éloignant brutalement de votre zone de confort. En commençant par un mini changement vous aurez plus de facilités à vous y tenir sur le long terme.

L’idée serait d’analyser :

– vos stratégies lorsque vous atteignez vos objectifs, pour identifier les processus qui fonctionnent

– de décrypter vos comportements lorsque vous avez tendance à reproduire une action qui ne fonctionne pas comme vous le désireriez

Essayez de prendre conscience des rituels qui mènent à ces conséquences, car il y a de fortes chances que vous reproduisiez les mêmes schémas. Et comme ils sont automatiques donc vous n’y prêtez pas attention.

Prenez donc le temps de faire le point afin de mettre en place une nouvelle stratégie (mentale ou comportementale).
Imaginons que vous vous échauffiez peu (voir article L’importance de l’échauffement), voire pas du tout avant vos parties. Cette habitude peut non seulement provoquer des blessures mais vous bloquer dans votre progression, car vous ne serez pas en pleine possession de vos moyens techniques, physiques et mentaux dès le départ du 1. Vous ne serez donc pas à 100% de vos capacités et il vous faudra quelques trous pour trouver votre rythme.

L'importance de l'échauffement - Golfiquement .com

Vous pouvez créer un nouveau rituel de préparation en y apportant des améliorations progressives.

Même chose si vous avez tendance à passer trop de temps à l’adresse devant la balle ; comme bloqué avec de nombreuses pensées parasites qui viennent vous figer et qui vous empêchent de jouer libéré. Le fait de créer une nouvelle routine vous permettrait d’être plus performant.

Soyez flexible et ouvert pour ne pas rester figé dans des habitudes qui vous bloquent dans votre progression.

Pour recevoir toutes les prochaines vidéos de Golfiquement, pensez à vous abonner à la chaîne Youtube en cliquant ici

Pour plus d’information sur l’état d’esprit du golfeur afin de vous rapprocher de votre plein potentiel, abonnez-vous à la newsletter de www.golfiquement.com.

Golfiquement,

Flow

Comment mieux gérer ses peurs-golfiquement.com

4 étapes pour mieux gérer vos peurs

4 étapes pour mieux gérer vos peurs 3427 2409 Golfiquement
Comment mieux gérer ses peurs-golfiquement.com

Comment mieux gérer vos peurs au golf?

Il arrive que le golfeur soit confronté à une peur, une appréhension, une crainte, une réticence, peu importe comment vous la nommez.

Cela peut se traduire par :

– Peur de mal faire
– De se faire juger
– De mettre sa balle dans un obstacle
– De réaliser un putt trop long ou trop court
– De faire une gratte
– De gâcher sa carte
– De perdre
– De gagner
– De ne pas être à la hauteur
– D’être ridicule

La liste peut être encore longue et parfois ces émotions prennent le contrôle sur notre jeu et nous empêchent d’atteindre pleinement notre potentiel, mais surtout nous empêchent de jouer libéré.

Comment faire pour avancer ?

1. Identifier votre peur

Comme souvent avant de passer un cap, il faut tout d’abord un point de départ. Vous devez donc les identifier et comprendre à quel moment  ces appréhensions polluent votre jeu. Cela demande une introspection objective et réaliste en mettant votre égo de côté car il n’est pas toujours facile de s’avouer ses peurs, qui, pour certains, sont considérées comme des faiblesses.
Posez-vous la question suivante : quelle a été ma peur dans cette situation ?

2. Que m’apporte-elle?

Une fois celle-ci détectée, demandez-vous ce qu’elle vous apporte ? Il est normal d’avoir peur lorsque vous vous sentez en danger, et ce afin de préserver votre survie. Posez-vous cette question : que m’apporte-t-elle et que signifie cette peur ?
Derrière elle, il y a peut-être l’une de vos valeurs ou une croyance qui se cache ?

3. Est-elle réelle ou imaginaire ?

Une grande partie de nos peurs ne sont qu’une fiction créée par notre esprit qui peut être très créatif ! L’idée serait d’utiliser davantage cette créativité, pour mieux visualiser. En effet, la majorité  de nos peurs n’est qu’une programmation négative d’un évènement futur.
Sur quoi se base cette pensée ? Question intéressante, mais la réponse n’est pas toujours aisée et une grande partie de nos peurs ne se réalisent jamais, et bien heureusement d’ailleurs.
Faites attention de ne pas vous laisser diriger par ces peurs d’anticipation qui vous paralysent et qui vous bloquent dans votre progression.

4. Transformez là

Maintenant, à vous de trouver comment retourner cette situation en challenge. Changez votre vision de l’instant en abordant cette peur comme un défi qui vous fera progresser et avancer. Prenez ceci comme une étape dans votre développement. Au lieu d’avoir peur de mettre la balle dans l’eau, dites-vous que c’est le bon moment pour mettre une stratégie en place pour atteindre le green.

Une fois les messages identifiés, vous aurez davantage de contenu pour voir les choses différemment et sortir de votre zone de confort.

Enfin, posez-vous cette dernière question : que serait votre golf sans peur ?

Pour recevoir toutes les prochaines vidéos de Golfiquement, pensez à vous abonner à la chaîne Youtube en cliquant ici

Toujours plus d’infos sur l’état d’esprit du golfeur en vous abonnant à la newsletter de Golfiquement.

A vous de jouer,

 
Golfiquement, 
 
Flow

Comment voir les choses différemment? Golfiquement.com

Comment voir les choses différemment

Comment voir les choses différemment 2945 2244 Golfiquement
Comment voir les choses différemment? Golfiquement.com

Un conseil pour vous améliorer

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »  Nelson Mandela

La façon dont vous percevez un mauvais coup ou une mauvaise journée, peut soit vous faire douter si vous voyez cela comme un échec, soit vous faire avancer si vous vous représentez cette situation comme un retour d’information qui vous rendra meilleur. Mais pour cela, il est nécessaire de se responsabiliser face à cette action et ne pas l’occulter !

Le deni

Parfois, après un mauvais coup au practice, il arrive que le golfeur ait ce type de réaction : « je n’ai rien vu, cette balle n’existe pas ! ».

Ce déni de l’instant peut éventuellement rassurer votre ego pendant quelques secondes mais il est important de faire face à la réalité, pour s’y confronter. Il est difficile d’accepter un mauvais coup ou un score décevant, mais vous devez affronter cette épreuve afin de progresser.
En effet, pour avancer et évoluer, il est essentiel de comprendre le cheminement de votre jeu pour mettre une stratégie différente en place et réaliser par la suite un coup meilleur que le précédent.
Sinon, il risque de se reproduire à nouveau. Il est donc de votre responsabilité d’assumer et de corriger pour atteindre votre potentiel.

Se détacher de la situation

En effet, il y a une différence entre se détacher d’un mauvais coup et le nier. Se détacher revient à prendre du recul et à rester objectif pour faire un constat cohérent et ainsi garder la tête froide. Rester le pilote de l’embarcation lorsque la situation vous échappe.
Le nier, c’est l’action de ne pas le voir. Si vous l’utilisez à bon escient, ce mauvais coup vous rendra meilleur.

Voici un exemple : vous manquez un putt de 1m sur la gauche. Si vous le niez, il y a de grandes chances que cela vous arrive à nouveau. En revanche, si vous faites une rapide introspection pour comprendre et analyser (j’ai joué trop rapidement, j’ai fermé les mains….), il y aura beaucoup moins de risque que cela se reproduise à nouveau.

L’idée de cet article est de vous amener à trouver le détachement nécessaire entre prendre le résultat trop à cœur et ne pas en tenir compte du tout. A vous de trouver le juste milieu pour faire un pas en avant.

Pour recevoir toutes les prochaines vidéos de Golfiquement, pensez à vous abonner à la chaîne Youtube en cliquant ici

Pour plus d’informations sur l’état d’esprit du golfeur et vous rapprocher de votre plein potentiel, inscrivez-vous à la newsletter de www.golfiquement.com.

A vous de jouer,

Golfiquement

Flow

L'importance de l'échauffement - Golfiquement .com

L’importance de l’échauffement

L’importance de l’échauffement 768 768 Golfiquement
L'importance de l'échauffement - Golfiquement .com

Vous et votre échauffement

Il n’est pas toujours nécessaire de gagner 20 mètres au drive pour améliorer vos scores. La régularité et votre progression au golf passe également par un bon échauffement!

Combien de balles tapez-vous avant une partie ?

Est-ce que vous passer par le putting green avant de vous rendre au départ du 1 ?

Combien d’approches ou sorties de bunker effectuez-vous avant de jouer ?

Trois questions qui peuvent parfois ennuyer le golfeur. Par manque de temps, d’envie, d’intérêt, d’infrastructures pas adaptées, d’une mauvaise organisation. Vous arrivez parfois au départ du 1 avec peu, voire pas d’échauffement.

Je tenais à faire un rappel sur l’importance de l’échauffement avant de jouer, car c’est l’une des clés de la performance. Si vous êtes dans un objectif de progression et de régularité avec l’intention de prendre un maximum de plaisir sur le parcours. Ce simple rappel peut vous permettre de gagner de précieux points.

Pourquoi s’échauffer?

En arrivant à froid, le premier risque est la blessure, car lorsque vous débutez votre partie par un drive à pleine vitesse, vous risquez de vous blesser et de compromettre le reste de votre parcours, ou pire, votre saison !

Autre inconvénient, vous manquez de repères techniques, de rythme et de sensations. Il faut donc quelques trous pour vous régler, et vous laissez filer de précieux points. Vous n’êtes pas à 100% de vos possibilités et vous ne pouvez donc pas atteindre votre plein potentiel car vous jouez en deçà de vos capacités.

Changer vos habitudes

Prenez quelques minutes pour vous échauffer musculairement cette étape est primordiale (https://www.ffgolf.org/Jouer/Golf-et-sante/Tout-pour-bien-jouer/Echauffement) au practice puis tapez quelques balles en passant en revue plusieurs clubs.
 Montez progressivement en amplitude et en intensité afin de chauffer votre corps de façon progressive et trouver votre rythme.
 Certains joueurs aiment terminer par le club qu’ils vont jouer au départ du 1.

Il en est de même pour le putting. Le fait de ne pas passer par la case putting green avant de jouer ne vous permettra pas d’apprécier la vitesse des greens. Ce sont encore des points précieux que vous donnez généreusement au parcours.

Pour les approches et les sorties de bunker, prenez également le temps d’en faire quelques-unes pour trouver le bon rythme. Cela vous permettra de vous rassurer en testant la consistance du sable.
Vous serez ainsi mieux préparé en cas de greens manqués, prêt à faire face à cette situation et moins dans l’incertitude avec des pensées comme : « que va-t-il se passer ? ».

L’objectif

L’idée n’est pas d’arriver 2h au golf avant votre départ. Mais d’essayer de mettre toutes les chances de votre côté pour jouer votre meilleur golf. Et ceci arrivant au départ du trou un dans les meilleures prédispositions physiques et mentales. Savoir que vous êtes bien échauffé et réglé sur ces différents compartiments de jeu va vous rassurer. Et vous permettre de jouer pleinement, sans retenue ni appréhension de blessure.

À vous de trouver la bonne séquence avant de vous rendre au tee 1 (putting, chipping, swing ou swing chipping putting….). Il n’y a pas de règle, ni de méthode, à vous de ressentir ce qui vous convient le mieux. Faites l’essai d’introduire cet échauffement afin d’être tout de suite à 100% et n’attendez pas le départ du 4 pour être complètement en possession de vos moyens.

Un mauvais échauffement n’est pas signe d’une mauvaise partie. Voici les propos de Justin Thomas suite à son -7 lors du premier tour à Medinah lors du BMW championship, épreuve qu’il a d’ailleurs remporté.

« I probably would say that I had the worst warmup I’ve ever had in my life, » « I didn’t know what (the ball) was going to do. I didn’t know how I was going to hit it, and my dad and Jimmy and I just kind of said that we were going to have to guess out there and just try to find something. »  Justin Thomas

https://www.golfchannel.com/news/justin-thomas-turns-worst-warmup-ever-record-tying-65-bmw

L’objectif étant de vous échauffer et de trouver les sensations du jour, car elles seront peut-être différentes de celles de la veille. Et surtout ne pas confondre échauffement (avant la partie) et entraînement (travail technique et exercice sous forme de challenge). Trouvez le bon compromis qui vous permet d’optimiser votre performance mais attention à ne pas basculer dans l’excès, en tapant trop de balles et dépenser toute votre énergie.

Inspirez-vous des champions

Cette phase d’échauffement avant vos parcours d’entraînement ou compétition est d’ailleurs indispensable chez les athlètes de haut niveau. Non seulement eu golf mais dans tous les sports.
Voici d’ailleurs ci-dessous, quelques exemples de préparations de joueurs pros avant leur départ. Attention, l’idée n’est pas de les imiter ou de les copier, mais de s’inspirer des meilleurs. Ce sont des joueurs physiquement entraînés et habitués à cette préparation qui commence par un échauffement musculaire.

En conclusion

je souhaitais vous sensibiliser sur l’importance de l’échauffement, tant sur un aspect physique, que mental. A vous de trouver la bonne routine qui vous convient le mieux.

Cela pourra faire basculer vos 34 points nets en 38 points lors de votre prochaine compétition.
 Mettez toutes les chances de vos côtés.

Pour plus d’information sur l’état d’esprit du golfeur, pensez à vous abonner à la newsletter.

À vous de jouer,

Golfiquement.

Flow

golfiquement.com

La pression des strokes!!!!

La pression des strokes!!!! 2290 1716 Golfiquement
golfiquement.com

Comment mieux gérer vos strokes?

Cette notion de stroke (de coup reçu, de coup rendu) peut parfois provoquer un stress important chez les joueurs avant même d’avoir pris le départ du un.

Voici une petite histoire : suite à une superbe compétition (43 pts), Mulligan* se rend au golf le week-end suivant pour récupérer sa carte de score. Il se présente au départ en étant confiant du fait de son excellente dernière prestation. Il est dans les meilleures prédispositions pour bien jouer. En regardant sa carte, constate que son index a diminué, et par voie de conséquence, ses strokes (coups reçus) aussi.

De réaliser que sur certains trous il avait un stroke en moins, voire aucun, a complètement inversé son état d’esprit du jour. Il se demande comment reussir à scorer avec si peu de strokes. Dans sa tête, il se dit : « Comment vais-je faire ? ». Toute sa confiance a disparu pour laisser place à l’incertitude et au doute. Se retrouvant dépourvu, face à un mur qui lui semble insurmontable.

Avez-vous déjà vécu cette situation ?

Je vous partage cette histoire, car j’entends régulièrement le fait que le nombre de strokes provoque un stress avant même d’avoir débuté la partie.
Etre dans ce mindset entraîne le joueur à produire un jeu en sur-régime et à forcer son golf. Il se sent contraint et forcé d’en faire plus, car il n’a plus de joker.

C’est d’ailleurs pour cette raison que certains d’entre vous ne veulent pas savoir combien de strokes ils ont. Afin de jouer pleinement leur jeu sans être influencés par une notion de score. Cela peut être une stratégie efficace, à vous d’essayer.

D’un autre côté, le fait de savoir combien de coups rendus vous avez, peut vous aider à orienter votre stratégie. Et vous permettre de jouer plus défensif ou plus agressif sur un trou donné. 
Encore une fois cela dépend de comment chacun réagit face à cette idée : « Je dois rentrer ce putt pour 1 pt net ». Certains vont ressentir stress et pression, d’autres une motivation qui leur permettra d’être plus concentrés.

Autre exemple, le fait d’avoir un stroke sur le trou 12, c’est le trou à ne pas manquer puisqu’un par rapporterait énormément de points nets, le jackpot ! Cela va en libérer certains ou créer une tension pour d’autres.
 
Il n’y a donc pas de règle établie, c’est à vous de trouver celle qui vous convient le mieux en apprenant à mieux gérer vos relations avec vos strokes. 
 
En revanche, vous devez envisager chaque trou comme un challenge où vous allez donner le meilleur de vous-même, peu importe le nombre de strokes.

Prendre du recul

Veillez à respecter votre routine, votre intensité et votre stratégie. L’idée principale étant de vous détacher du score et de ne pas en faire une fixation, ni une fin en soi. Pensez jeu et plaisir. Encore une fois, le plus important, avec ou sans stroke, c’est la chance que vous avez de pouvoir pratiquer ce merveilleux sport dans un tel environnement. Relativiser permet de prendre du recul

D’un club à l’autre le nombre de coups reçus peut varier en fonction de la difficulté du parcours (le slope). Il peut arriver qu’il y ait 3 à 4 coups de différence par rapport à votre home club. A votre avantage, cela signifie que le parcours que vous vous apprêtez à jouer est plus technique que celui que vous avez l’habitude de jouer. A l’inverse, il sera plus facile et le nombre de coups rendus sera plus faible.

Appréciez le challenge

Dans les deux cas, prenez cette situation comme un défi et comme un plaisir de découvrir un nouveau tracé en vous adaptant à celui-ci.
Si vos stratégies (parcours ou mental) ne fonctionnent pas, adaptez-les, modifiez-les afin de trouver le meilleur équilibre pour vous.

Si vous êtes dans l’impasse, regardez et demandez à vos partenaires qui performent comment ils gèrent cette situation qui vous pose problème afin de l’adapter à votre jeu. Ou faites appel à un Pro PGA qui saura vous orienter sur la bonne voie.
 
En résumé, cela reste une question de représentation. Les strokes sont vont alliés pour vous aider en vous apportant des jokers. Néanmoins, moins vous en avez, mieux c’est ! Cela vous montre d’une part, tous vos progrès et d’autre part, que vos entraînements payent, c’est votre récompense.

C’est parfois paradoxal, car le golfeur souhaite descendre son index mais pas le nombre de ses strokes. Et pourtant chaque stroke perdu est une excellente occasion pour vous de sortir de votre zone de confort.

Garder le bon état d’esprit

Pour terminer, je souhaitais vous partager le mindset de l’un de mes joueurs. Son objectif était de ne plus avoir aucun stroke. Quand il voyait un stroke disparaitre de sa carte lors de la compétition suivante, il prenait cela comme un pas en avant vers son objectif. Cela lui amenait une énergie incroyable pour le tour à jouer. Il ne le voyait pas comme une sanction.
En effet, ce n’est pas une punition d’avoir moins de strokes, mais bien une victoire.
Et si vous avez le sentiment d’en avoir trop, profitez-en, cela ne va pas durer ! 
À vous de voir les choses différemment.

  
Golfiquement, 

Flow

Une astuce pour mieux gérer vos parcours!

Une astuce pour mieux gérer vos parcours! 1280 853 Golfiquement

Comment gagner de précieux points et mieux gérer vos parties de golf ?

Votre golf est le reflet de vos entrainements et de vos habitudes, pensez donc à bien structurer vos sessions et mettre de l’intensité lors de vos séances au practice (long jeu, putting, petit jeu), ceci afin de mieux gérer votre concentration sur le parcours.

Dans cette optique de progression, il est essentiel que vos séances au practice se rapprochent au maximum des conditions de jeu auxquelles vous êtes confrontés sur le parcours.

« L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action mais une habitude. »  Aristote

Voici donc, une astuce pour mieux gérer vos parcours.

Un parcours 18 trous demande de l’énergie physique et surtout mentale. En effet, il arrive parfois que le golfeur ait des  « absences » au fil du parcours et cela peut très vite lui couter de précieux points si difficilement acquis. Cela peut être un problème de nutrition, d’hydratation, de manque d’endurance, de fatigue ou encore de lassitude mentale.

Votre esprit n’est pas là ou il devrait être, ici et maintenant à 100% dans le présent, sur le coup à jouer. Il s’évade et vous empêche d’être complètement investi sur le moment.

Entrainez-vous sous pression

Afin d’être moins sujet à ces errances, une des clés est de travailler votre endurance mentale lors de vos entraînements.
Cela signifie vous habituer à vous entraîner sous pression, avec des exercices au practice, chipping green et putting green.
Si vous vous habituez à faire des putts sans objectifs, sans contraintes, vous allez améliorer votre feeling, votre technique et c’est déjà très bien. Pour aller plus loin et être plus performant, habituez-vous à faire des exercices qui mettent au défi votre capacité à tenir mentalement. Des exercices qui vous mettent sous tension et qui reproduisent les conditions de parcours (voir article sur Francesco Molinari), où chaque balle compte, et ceci pendant un laps de temps défini.

Sortez de votre zone de confort

Cela vous demande des ressources supplémentaires, pour faire le petit plus qui fera la différence. Demandez à votre pro PGA, ou trouvez par vous-même des exercices difficiles, mais pas trop. L’idée étant de trouver un objectif atteignable : s’il est trop facile, vous n’allez pas progresser, peut être juste vous rassurer ; et s’il est trop difficile, cela va vous décourager.

Le golf est un sport de cible avec une seule chance.

Restez focus

C’est lorsque la lassitude arrive que vous devez garder la même intensité de concentration que sur les premiers coups.
Habituez-vous à cela au practice afin de mieux gérer ces moments d’égarement sur le parcours.

Pour plus d’informations sur cette thématique et bien d’autres, rendez-vous sur la rubrique article Golfiquement et la librairie afin de trouver des ouvrages inspirants.

À vous de jouer !

Golfiquement,

Flow

Quel golfeur êtes-vous?

Quel golfeur êtes-vous? 3242 2318 Golfiquement

Attaquant, conservateur, expressif, instinctif, calme.. ?

En référence à mes deux personnages, êtes-vous plutôt Jack’pote*, Mulligan* ou vous-même ?

Il est difficile de mentir et de cacher sa vraie nature au golf, car tout ressort. La gestion des émotions est d’ailleurs un point de développement essentiel dans l’optique de progression. Il est en effet primordial de travailler sur les points, qui, selon vous, vous autosabotent et vous bloquent dans votre progression. Pour se faire, faites appel à votre Pro PGA ou à un coach mental.

Il est important de rester vous-même, en ajustant certains comportements et certaines pensées. Mais attention à ne pas jouer un jeu qui n’est pas le vôtre. De nombreux joueurs se sont perdus en cherchant à être quelqu’un d’autre.

« Soyez vous même, tous les autres sont déjà pris. »  Oscar Wilde

Bien entendu, vous pouvez vous inspirer d’autres joueurs ou champions que vous admirez, en prenant certains éléments tels que la routine, la gestion émotionnelle, l’attitude…. C’est important de modéliser ce que font les autres sur certains aspects que vous souhaiteriez développer : être plus calme, plus rapide, plus confiant… À vous de piocher des éléments inspirants dans votre entourage, ou chez des joueurs que vous voyez à la télévision. C’est une vraie qualité d’avoir cette ouverture d’esprit et de savoir mettre son ego de côté pour admettre que les autres ont des choses que vous n’avez pas encore…pour le moment.

En revanche, même si vous vous inspirez de ce qu’ils font, vous devez toujours l’adapter à votre personnalité ; ne pas uniquement faire un copier-coller, mais plutôt l’assimiler, en personnalisant le tout afin de faire « votre cuisine ».

En effet, si vous reproduisez le comportement, l’attitude, ou encore le swing de quelqu’un d’autre à l’identique, et que vous vous éloignez trop de ce que vous êtes, cela vous demandera trop d’effort et ne tiendra pas. Vous devez absolument garder votre identité de golfeur.

En essayant d’être un autre joueur, vous risquez de mettre toute votre attention sur le fait de vouloir incarner quelque chose, et vous allez perdre l’essentiel en oubliant de vous concentrer sur votre jeu et la cible.

Votre esprit sera tellement absorbé par cette pensée, que cela ne sera pas naturel, et du coup vous risquez de jouer à contre sens.Il est important que votre comportement soit toujours en adéquation avec vos valeurs. Cette notion est essentielle : en PNL, on appelle cela l’écologie. Si l’une de vos valeurs n’est pas respectée, vous risquez d’être complètement perdu.

« Je n’exprime pas mes émotions parce que je suis toujours très concentré, mais je prends plaisir à jouer au golf. » Brooks Koepka

Chez les pros également, les joueurs ont des caractères très différents.

Ian Poulter ou Patrick Reed sont des joueurs expressifs, alors que Francesco Molinari ou Retief Goosen dévoilent moins leurs émotions.

« Je ne cherche pas spécialement à être différent, j’essaie simplement d’être moi-même.» Eddie Pepperell

En conclusion, il est important de s’inspirer des autres, pour vous aider à progresser en sortant de votre zone de confort. Mais le plus important c’est de trouver le bon compromis : faites ces changements à petits pas.

Il est très difficile de changer radicalement du jour au lendemain. Laissez-vous le temps d’ajuster progressivement et par étapes successives. C’est l’un des piliers de la progression à long terme.

Il vous suffit de trouver l’attitude mentale qui vous convient le mieux. Comme l’a dit Fred Couples « La bonne attitude, c’est celle qui vous aide à jouer votre meilleur golf.»

À vous de jouer afin de définir ce qui est en accord avec vos valeurs, et de trouver comment vous performez le mieux !

Golfiquement,

Flow

*Jack’pote dont les principales caractéristiques sont d’être optimiste, positif, instinctif et blagueur.
Il voit constamment le bon côté des choses et encourage ses partenaires. Épicurien, il apprécie la vie et profite de chaque instant passé sur un parcours de golf avec ses proches. Il a énormément de second degré et trouve toujours le bon mot au bon moment. Souvent distrait, l’important pour lui c’est l’instant présent.

*Mulligan : Dans le contrôle permanent : très premier degré, plutôt défaitiste, négatif. Râleur, mais attachant par sa bienveillance et sa grande gentillesse. Il a une capacité incroyable à trouver des excuses, et à se déresponsabiliser en toutes circonstances. Il cherche constamment la perfection et a du mal à gérer ses émotions.

Wanted : Jugé coupable

Wanted : Jugé coupable 1646 2379 Golfiquement

Comment mieux gérer votre mental?

WANTED : Jugé coupable

Vous vous reconnaissez dans ce titre où votre juge intérieur vous condamne à chaque écart ? Au premier putt manqué, sur un drive mal contacté, un coup de fer approximatif… et c’est parti ! Vous entendez un flot de paroles négatives qui se déverse sur vous ;  parfois, même votre passé ressort lors de cette audience. Vous êtes au tribunal, sur le banc des accusés, contre un jury féroce, et vous êtes démuni et sans avocat pour vous défendre.

Cette cour de justice, pas toujours juste d’ailleurs, qui se trouve dans votre esprit, est une image de ce qui peut se passer dans la tête d’un golfeur.

Vous n’êtes pas obligé de vous infliger une pareille sanction !

C’est un réflexe ; ce qui se passe au golf est juste le reflet de ce qui se passe au quotidien dans votre vie – perso et pro-, conditionnée par des années de pratique intensive. Il n’est pas aisé de s’en débarrasser. Ce fonctionnement étant devenu automatique, il est comme naturel.

Comment faire pour améliorer votre mental ?

Le premier pas est de prendre conscience de ce qui se passe en vous. C’est à dire prendre du recul sur votre mode automatique afin de devenir l’observateur de vos pensées afin justement de le changer et de vous développer. L’évolution passe par la prise de conscience. Comme le dit Eckhart Tolle l’auteur de – Le pouvoir du moment présent-« Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le gardien vigilant de votre espace intérieur ».

Si vous reproduisez constamment les mêmes scenarios, vous aurez inlassablement les mêmes résultats.

Si vous souhaitez donc faire un premier pas vers votre développement personnel golfique, un des premiers objectifs serait peut être d’être plus attentif à votre dialogue intérieur.

Une fois celui-ci entendu, vous pourrez être votre propre avocat pour vous défendre des complaintes assenées par ce juge récalcitrant.

Que dois-je faire ?

Comme tout changement, cela demande discipline et répétition pour comprendre ce juge qui vous met tant de culpabilité sur le dos.

Pour cela, la première étape est de définir un objectif sur cet aspect de votre attitude interne.

Les objectifs sont nécessaires pour maintenir votre motivation, et utiles comme ligne directrice. Fixez-vous un objectif centré sur vous. Pour ceci, je vous invite à l’écrire, car le fait de le voir et de le noter vous donne davantage d’engagement dans votre action.

Faites un bilan après 9 trous, puis au 18ème trou. Demandez-vous si vous avez respecté votre objectif, réussi à prendre conscience de ce juge, et à vous défendre. Ne rentrez pas dans son jeu en vous culpabilisant de ne pas avoir atteint votre mission.

Quand vous aurez réussi à prendre du recul, pensez à célébrer et félicitez-vous. Ce n’est pas normal d’atteindre un objectif, c’est un pas en avant, donc soyez-en fier !

C’est en accumulant ces petites victoires, ces étapes, que vous arriverez progressivement à augmenter votre confiance.

Le développement se fait pas à pas, soyez patient et continuez d’avancer !

Toujours plus d’infos sur l’état d’esprit du golfeur en vous abonnant à la newsletter de www.golfiquement.com

À vous de jouer !

Golfiquement,

Flow

L’incroyable victoire de Francesco Molinari

L’incroyable victoire de Francesco Molinari 280 235 Golfiquement

.

Je souhaitais partager avec vous cette semaine l’incroyable victoire de Francesco Molinari lors du British Open à Carnoustie le 22 juillet 2018, et comment s’inspirer de son succès.

Francesco Molinari est le premier italien à remporter un tournoi majeur. Il est connu pour sa technique de swing bien huilée et son incroyable régularité à qui il doit son surnom : « la machina ».

Il a participé à plusieurs Ryder cup, remporté 5 tournois dans le monde au cours de sa carrière ainsi que de nombreuses places d’honneur, mais jamais de tournois majeurs.

Il n’a peut-être pas la puissance de Justin Thomas ou de Rory Mc Ilroy, mais il a su faire preuve d’un incroyable calme et d’une sérénité hors norme lors de cette dernière journée du seul majeur disputé en Europe. Bien qu’il ait partagé sa partie avec Tiger Woods, que tout le monde voyait remporter son 15 éme tournoi majeur. Molinari a su faire abstraction de l’enjeu d’un British Open avec tous les dérangements externes, et rester dans sa bulle afin de réaliser une carte sans bogeys, et même terminer en apothéose avec un ultime birdie au 18. Un véritable exploit dans des conditions météo très variables et un terrain préparé en mode Open.

Quel est donc son secret ? Comment a-t-il réussi à gérer cette partie tel un vrai maestro?

Dans une interview Molinari explique qu’il doit en partie sa victoire à la qualité de sa préparation et à ses entraînements sous pression.

En effet, il a intégré dans son staff Dave Alred, un spécialiste de la performance sous stress. Ce coach de la performance a notamment collaboré avec Luke Donald (ancien numéro 1 mondial) et Johnny Wilkinson (légende du Rugby), auteur du livre : The Pressure Principle (accessible dans ma librairie). Ensemble, ils ont mis en place des entrainements spécifiques où le joueur italien se retrouve sous pression à chaque balle en se rapprochant le plus possible d’une situation de tournoi.

Pour reprendre les propos de Dave Aldred  » Do you want to be comfortable or do you want to be ready ? We practiced not all time but a higher frustration level than in a tournament » (Propos relevés :The wallstreetjournal.com <http://wallstreetjournal.com/> By Brian Costa, le 27 juillet).

Si vous aussi, vous souhaitez passer à un niveau supérieur, inspirez vous des sessions de practice de F. Molinari en mettant davantage de challenge sur vos séances, mais également en définissant bien vos objectifs.

Golfiquement,

Flow

Le 15 éme club

Le 15 éme club 3407 2380 Golfiquement

Très souvent des joueurs me posent des questions sur leur équipement. Est-il bien adapté à leur pratique, assez puissant, assez tolérant, assez facile à jouer etc… Le matériel joue un rôle prépondérant dans votre performance.

Il est parfois difficile de s’y retrouver dans cet univers où les équipementiers sont trés créatifs. Ils proposent des nouveautés toujours plus puissantes, plus tolérantes. Avec des réglages qui permettent d’individualiser les caractéristiques du club en fonction du joueur.

C’est vrai, quel plaisir d’avoir un nouveau putter entre les mains ou de mettre du spin avec son wedge flambant neuf. Il est en effet essentiel d’avoir des clubs (longueur du shaft, rigidité, taille du grip, tête de club etc..) ainsi que des balles adaptés à votre jeu. C’est pourquoi je vous recommande de prendre conseil auprès de vos pros PGA ou des clubs fitteurs qui sauront vous orienter et vous conseiller. Parfois le simple fait de changer d‘équipement change complètement l’état d’esprit du joueur, et le relance dans une dynamique positive comme un reboot qui peut lui redonner confiance.

Cependant, des joueurs investissent parfois des sommes astronomiques dans leur matériel dans une optique de progression. Voici une question intéressante interessante :

Combien de temps et d’argent avez-vous accordé à cet étonnant 15ème club ?

Quel 15ème club?

Dans les règles du « Royal and Ancient », un golfeur en compétition est limité à 14 clubs.

Ce 15 éme club pourrait être représenté d’une façon très imagée par votre mental.  Ce club qui gère vos pensées, vos émotions, vos images, vos discours intérieurs, et la liste est encore longue. Ce facteur de performance est encore sous-évalué par les joueurs amateurs (voir article : « L’importance du mental au golf« ). Il arrive que les joueurs se voilent la face à ce sujet : « Mais moi je n’ai aucun problème à ce niveau là ».

Pensez à ce 15éme club et à tout ce qu’il pourrait vous apporter.

Le problème est parfois technique, physique, stratégique, mental, ou un équipement mal adapté  (parfois les cinq).

Quand vous êtes au départ du numéro un en compétition, avec une vingtaine de personnes qui vous regardent. Et une équipe interclubs qui compte sur vous, que vous envoyez deux balles hors-limite car vous avez du mal à gérer vos émotions et perdu vos moyens. Vous aurez beau avoir un matériel de qualité adapté, dans ce cas là, vous travaillerez seulement sur la conséquence. Si vous voulez aborder la cause, il faudra faire un travail sur vous.

C’est ce qui nous intéresse : l’évolution à long terme. Pour cela, il vous faudra mettre le curseur sur le joueur qui tient le club et son mental. Et moins sur le club lui-même (je répète qu’il est essentiel d’avoir un équipement adapté à votre jeu).

Investissez sur vous

Le travail technique sur votre swing est un élément essentiel à l’amélioration de votre jeu, mais pour aller plus loin dans votre évolution, cela peut passer par ce 15éme club.

Je souhaitais vous faire prendre conscience de l’importance d’investir sur vous, car c’est la seule chose qui restera dans le temps.

Cela peut passer par l’achat d’un livre sur le mental (voir ma librairie). Prendre des cours avec un pro PGA, assister à des conférences, faire des formations en ligne, écouter des podcasts. C’est investissement sera rentable, car il vous permettra de prendre conscience de l’attitude à adopter. De plus, il vous fera évoluer non seulement sur un terrain de golf, mais également en dehors.

Chez les sportifs de haut-niveau

Les professionnels l’ont d’ailleurs bien compris. Nombreux d’entre eux sont suivis par des préparateurs mentaux, des psychologues du sport… Tant dans des sports individuels comme le golf (Matt Kuchar, Justin Rose, Davis love III), le judo (Teddy Riner), la natation (Florent Manaudou), le ski (Perrine Lafond) et dans des sports collectifs, tel que le football.

Lors des derniers championnats d’Europe de natation (Glasgow 2018), la nageuse Charlotte Bonnet a déclaré : « Sans ma psy, je ne serais pas championne d’Europe aujourd’hui » (le figaro.fr du 6 aout 2018). Grâce à elle, elle arrive à canaliser son doute, et à être plus sereine.

L’idée est de faire un premier pas, en vous ouvrant à cette dimension non technique afin d’améliorer votre jeu et prendre d’avantage de plaisir sur le parcours.

En conclusion, prenez le temps de consulter un coach technique, optez pour un matériel adapté de qualité qui vous aidera à progresser. Pensez maintenant à tout le champ des possibles qui se présente à votre jeu en investissant sur vous.

Toujours plus d’informations sur l’état d’esprit du golfeur en vous abonnant à la newsletter de www.golfiquement.com

À vous de jouer !

Golfiquement,

 

Flow

    Préférences

    Quand vous visitez un site web, il peut garder en mémoire des informations sur votre navigateur à propos de certains services, sous forme de cookie.Vous pouvez changer ici vos préférences. Bloquez certains cookie pourrait changer votre expérience utilisateur.

    Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
    Click to enable/disable Google Fonts.
    Click to enable/disable video embeds.
    Ce site utilise des cookies, principalement à des fins de statistiques de visite et de préférence de navigation.